• Ch 6 : Le Seigneur de Darsélïm

    A son réveil, Michael ne sut dire s'ils avaient dormi longtemps ou pas. La pluie avait cessé, mais des roulements de tonnerre se faisaient encore entendre à intervalles réguliers et le ciel était toujours aussi sombre. Vrahïngué dormait encore, étendu au sol sur le flanc, la tête sur son sac.

    Aussi Michael fut-il surpris d'entendre une voix lui parler.

    « Halte là, mon brave ! »

    Se retournant, le ménestrel se trouva nez à nez avec un homme en cotte de maille et épée au côté, qui tenait son cheval par la bride. Derrière lui se tenait une dizaine de cavaliers en armures. Tous étincelaient par on ne sait quel miracle au milieu de l'obscurité.

    Michael ne sut quoi dire et ne fit que fixer les chevaliers d'un air surpris.

    Comment diable ai-je pu ne pas les entendre arriver ? songea-t-il.

    Cependant, l'homme qui se tenait devant lui ne semblait pas lui vouloir de mal, aussi le ménestrel ne prit-il pas peur.

    Le Seigneur de Darsélïm- by MJKoP77 © Tous droits réservés

    « Eh bien, reprit le nouveau venue avec entrain, vous avez l'air perdu, puis-je vous aider ? Oh, mais je vois que votre jeune ami n'a pas terminé sa nuit, nous pouvons revenir dans un moment, si vous le souhaitez. »

    Michael resta interdit pendant quelques secondes, et bredouilla maladroitement :

    « Oh, c'est bien aimable à vous, en réalité nous ne cherchons rien de précis, enfin si en quelque sorte, mais je veux dire, nous ne sommes pas perdus à proprement parler. »

    A ce moment, Vrahïngué émergea de son profond sommeil. Apercevant les chevaliers, il bondit sur ses pieds, s'approcha de leur chef et exécuta une rapide révérence.

    « Vous devez être le Seigneur de Darsélïm, si je ne m'abuse ? dit-il avec empressement.

    – Précisément ! acquiesça l'intéressé. Vous êtes sûrement de la région, pour avoir entendu parler de moi ?

    – D'une certaine manière. Voyez-vous, mon ami et moi cherchions justement un Seigneur.

    – Voilà un hasard fort plaisant ! Mais sûrement avez-vous quelque raison, n'est-ce pas ?

    – Bien sûr. En fait, mon ami vient du Royaume de Bois-Doré, à l'ouest ; il y occupe là-bas la fonction de ménestrel, c'est-à-dire qu'il joue de la musique et chante ; et il souhaite jouer pour les Seigneurs d'Antalar.

    – Tout cela m'a l'air fort intéressant ! Et comment vous appelez-vous, cher ami ?

    – Michael, pour vous servir.»

    Il effectua une petite révérence.

    « Il semble que vous vouliez donc m'accompagner à mon Château ? conclut le Seigneur de Darsélïm.

    – Oui, s'il-vous-plaît, confirma Michael.

    – Parfait ! Allons, suivez-moi, deux de mes chevaliers vous prendront en croupe. »

    Les deux voyageurs furent confiés aux deux chevaliers les plus proches, et la petite troupe partit au galop vers le sud.

    Michael ne savait trop que penser du Seigneur de Darsélïm. Rien ne laissait présager quoi que ce fut de désagréable, mais le ménestrel conservait malgré tout un certain sentiment de malaise. Il se rassura en songeant que Vrahïngué avait l'air plutôt heureux de le voir, et qu'il connaissait sûrement mieux les autochtones que lui.

    La chevauchée ne dura pas très longtemps, une demie heure tout au plus, et les cavaliers parvinrent devant le château du Seigneur.

    « Bienvenue au Château de Darsélïm, mes amis ! N'hésitez pas à admirer sa masse imposante et à contempler sa grandeur !»

    Michael sourit en son for intérieur. La grandiloquence de Darsélïm lui plaisait.

    Il n'osa cependant pas faire remarquer que son cher Château était semblable à beaucoup d'autres dans le Royaume de Bois-Doré. Il s'agissait en effet d'un petit château fort, avec douves et pont-levis, une tour ronde à chaque angle et un donjon au centre, ainsi que possédaient tous les plus petits seigneurs de Bois-Doré. Mais cela ne semblait pas être le cas ici.

    Michael espéra que le Seigneur des lieux ne lui demanderait pas s'ils avaient d'aussi beaux châteaux dans son pays.

    Heureusement, cela ne parut pas être son intention.

    Les cavaliers trottèrent jusqu'aux écuries, où ils descendirent de cheval et aidèrent les deux voyageurs à faire de même.

    « Suivez-moi à présent, je vais vous faire l'honneur d'une visite guidée. »

    Michael et Vrahïngué lui emboîtèrent le pas, suivis de toute la clique des chevaliers. Ceux-ci faisait un tel tintamarre en marchant avec leurs armures que nos deux amis ne purent saisir le moindre mot des commentaires de Darsélïm, qui ne parut pas s'en apercevoir le moins du monde, occupé qu'il était à s'émerveiller de son propre Château.

    L'intérieur était comme l'extérieur, semblable aux châteaux de Bois-Doré. Les épais murs de pierre accueillaient de grandes cheminées dans lesquelles flambaient d'énormes bûches, des doubles portes massives en chêne taillées artistiquement permettaient aux salles de communiquer, des flambeaux de métal ouvragé éclairaient les couloirs à intervalles réguliers, et des tapis de toutes les couleurs recouvraient les dalles froides du sol.

    Au moins ne serai-je pas dépaysé, pensa le ménestrel.

    Vrahïngué se pencha vers lui et chuchota – aussi bas que le permettait le concert de casseroles mené avec hargne par les chevaliers :

    « Quand je vous disais que les Seigneurs étaient aussi appelés Magiciens : vous voyez toutes ces feux allumés ? Et nous n'avons croisé personne d'autre ; je crois qu'ils sont alimentés par magie, si même ils sont réels, car je ne crois pas qu'en cette saison il soit nécessaire d'allumer autant de feux. »

     

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Samedi 18 Avril 2015 à 21:54

    Merci beaucoup pour tes encouragements ! 

    1
    Lady J.
    Samedi 18 Avril 2015 à 20:20

    J'ai enfin pris le temps de poursuivre la lecture :)

    Ne lâche pas ton idée : l'édition de tes textes ! 

    Bravo pour les dessins aussi ;)

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :