• Price of Fame

    Price of Fame ©Tous droits réservés-www.mjleblog.com

    Price of fame est une chanson écrite et produite par Michael Jackson durant l’époque Bad, (1986-1987). Composée à la base à l’intention de Pepsi, pour faire office de thème pour sa publicité, elle sera par la suite retirée, remplacée par Bad. Ce n’est qu’en 2012 que la chanson va être dévoilée au grand public, à la sortie de Bad25. De son son métallique, la chanson nous replonge au beau milieu des années 86-87, avec la voix rocailleuse de Michael Jackson qui caractérise cette ère de sa carrière. C’est une des chansons du King of Pop qu’on pourrait qualifier d’autobiographique. À la première personne, elle relate des faits inspirés du quotidien même de son auteur. Dans un des livrets qui accompagnent le coffret Bad25, on trouve d’ailleurs un commentaire de MJ sur ce titre, issu des ses notes personnelles. A travers celui-ci, il explique à quel point ses fans obsédés, capables de tous les actes inimaginables, tous les sacrifices possibles, afin de voir, d’approcher leur idole tant choyée, peuvent tout de même le bouleverser. Il accuse, gentiment soyons d’accord, ce qu’il appelle une obsession aveugle, d’anéantir ses relations, indiquant par la suite que ce n’est, en fin de compte, que le prix à payer pour sa renommée, "la rançon de la gloire’’ , the Price of Fame…

    La chanson, en son début, fait le récit d’une croisière romantique, dont en profite joyeusement Michael et sa baby. I took my baby on a river boat cruise
    Même toisant les flots, notre joli couple ne pouvait s'empêcher d'appréhender la tournure que risquaient de prendre les événements, tous deux avertis du tumulte provoqué par Michael, une fois sa présence ébruitée. And she was well aware, I was excited about the way the things could have been, as in if I don't care.
    On ne tarda d’ailleurs pas à crier son nom, se hâter à sa rencontre, prenant des photos par-ci, demandant des autographes parlà, bref un beau chahut contre lequel notre petit Michael ne pouvait rien faire. Voyant ce qui devait être une joviale soirée en couple se transformer en douleur poignante, il commença à espérer un changement physique, un visage méconnaissable, un déguisement ayant le mérite de lui épargner tant de souffrance. I want a face no one can recognize, in disguise
    Ce premier couplet est en fait un petit coup de gueule de la part de Michael à l’encontre de ses fans, un coup de gueule certes compréhensible mais nullement apprécié par ces derniers. Si les fans causent un tel tumulte dès que MJ est en vue, ou si moi-même je fais ce blog en son honneur, c’est parce que c’est Michael Jackson. Un personnage aussi excentrique qu’ingénieux (j’emploie excentrique dans le bon sens du mot, ça n’a rien d’insultant loin de là). Moi même, si un jour j’avais eu la chance de l’approcher, je la saisirais, rassurez-moi je ne suis pas le seul ?... Mais bon après réflexion, j’avoue que ce serait fort gênant. Assez parlé, revenons si vous le voulez bien à notre petit Michael de notre petite histoire. Juste après le refrain, Michael, dans un petit instant de spéculation interne, revoit avec dégoût toutes les couvertures de magazines dont il est la vedette, toutes les photos prises à son insu de telle ou telle gazette. Tant d’images fusillent dans sa tête. Répugné, une vilaine grimace déforma ses fossettes. Il en avait même oublié sa baby, sa minette. Attristée, elle demeurait là, muette. (Il tenait une assiette, où s’étalait une omelette, derrière Bubbles faisait des pirouettes en mangeant des cacahuètes… Bon d’accord j’arrête ne me tirez pas dessus)

    Michael prit sa voiture, on le suivait. Il essaya de semer cet inconnu prédateur, en vain : il connaissait ses moindres faits et gestes. Il pensa maintenant à s’enfuir, aller vivre ailleurs I like to take sometime and get away, mais même exilé il ne se sera point oublié. La presse continuera à l’accuser, oui encore elle le stigmatise. Les calomnies font les scoops, telle est leur devise.
    They'll say :Is that boy still alive? The weak that really started taking pills, what a thrill, only the strong survive.

     

    ________________________________________________________________
    ©Image dessinée et montée par MJKoP77-Tous droits réservés
    Image de fond: Libre de droit-source

     


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    5
    Jeudi 29 Mai 2014 à 14:23

    Tu es doué pour le dessin, j'adore ce que tu fais !

    4
    Mardi 27 Mai 2014 à 12:29

    Moi je le trouve super classe, le dessin, bravo !

    Sinon, évidemment, ça doit être dur de ne pas pouvoir se promener comme tout le monde, quand on attire les foules, mais d'un autre côté, c'est le prix à payer pour la vie qu'il a plus ou moins choisie. Parce que, certes, d'un côté on peut se dire que c'est lui qui entretient cette célébrité, mais en même temps, il a un peu été lancé plus ou moins contre son gré dans la machine, dont il aurait été difficile d'arrêter les engrenages...

    Après, il y a sûrement des gens qui aiment ça, de ne jamais être tranquille dans la rue, etc. Mais bon, je ne trouve pas ça très sain de rechercher volontairement cet effet, enfin je veux dire les gens qui aiment faire ce genre d'effet ne sont pas forcément ceux qui aiment plaire par la qualité de leur art...

    3
    Lundi 26 Mai 2014 à 22:23

    Pour le dessin j'ai essayé de faire un petit effet peinture à l'huile ou je ne sais quoi histoire de changer un peu, ça fait un peu bizarre du coup

    2
    Lundi 26 Mai 2014 à 22:22

    Oh merci énormément !

    Quand on pense que certains en arriveraient à commettre l'impensable pour devenir célèbres !

    -> Oui j'avoue, mais bon voilà quand l'argent est ce qui compte le plus à nos yeux bah ça finit comme ça. Dieu merci, je ne suis qu'un pauvre petit blogger anonyme ^^ je n'ai point envie d'attirer les foules.

    1
    Lundi 26 Mai 2014 à 21:43

    Voilà encore un bel article que j'ai lu de bout en bout, et avec plaisir !

    Une chanson que j'ai écoutée aussi ;) Quand on pense que certains en arriveraient à commettre l'impensable pour devenir célèbres ! Qu'en est-il quand à l'inverse, le luxe c'est de pouvoir aller s'acheter un paquet de chewing sans rameuter les foules ? T'imagines, où que tu ailles, quel que soit le lieu sur la planète, tu ne peux même plus entendre le bruit du vent mais sans cesse un essaim bourdonnant...

    Et les voraces qui gravitent autour ? à l'affût du moindre fait croustillant (ou pas d'ailleurs) l'important c'est de se remplir les poches...

    Bravo pour la photo ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :