• Acquisition des droits SonyDurant les années 2000 et 2001, Michael Jackson travaillait en studio à la réalisation de son prochain album Invincible qui parut un peu plus tard en Octobre 2001. Néanmoins, sa sortie a été précédée d'un « léger » différend entre Michael et son label Sony. La tension entre les deux était palpable depuis un bon moment déjà. Pourquoi ? Le King of Pop, après le succès de HIStory en 1999, s'était éclipsé afin de mieux veiller sur ses enfants, chose qui rendait son label assez furieux. Après tout, les profits d'une entreprise sont tellement plus importants que le bonheur de trois enfants. De plus, il avait refusé de vendre à Sony son catalogue ainsi que celui des Beatles dont il avait fait l'acquisition auparavant.

    Quelques mois à peine avant la sortie de Invincible, Michael présente son projet de clip pour la chanson « Unbreakable », chanson qu'il dorlotait énormément et avec laquelle il espérait arriver à ses fins. Toutefois, son idée est répudiée, chose qui n'a pu que le mettre dans tous ses états. (Ceux qui connaissent la chanson no)
    J'avais lu une fois que MJ avait également prévu de s'approprier les droits d'Invincible, ce qui lui permettra entre autres d'assurer sa promotion et d'accaparer les profits. Cependant rien de tout cela ne fut possible, l'avocat chargé de représenter MJ dans le deal représentait aussi le Label Sony, ce qui amena à un dilemme, un nouveau conflit pour consolider le différend.

    Tandis que Sony, pour se venger, se refusait de promouvoir le dernier album du King, ce dernier essayait tant bien que mal de faire croître ses ventes à travers certaines apparitions. Ses efforts n'étaient pas vains, il ne tarda d’ailleurs pas à savourer le fruit de son labeur en savourant l’accueil reçu par l'album auprès des fans. Toutefois, la guerre entre MJ et Tommy Mottola, PDG de Sony à cette époque, ne faisait que commencer. Le roi de la Pop d'abord refusa de renouveler son contrat le liant au label en Janvier 2002, puis n’hésita pas à l'accuser de sabotage, à dessein de mettre fin à sa carrière. En effet, la maison y aurait énormément à gagner : MJ, une fois abattu, n’hésiterait pas à vendre son catalogue tant convoité.

    C'est en juin 2002 que Michael Jackson fit une apparition, entouré de ces fans lors d'un événement nommé « Killer Thriller » (Le tueur de Thriller, petit clin d’œil à son album légendaire). Aussi surprenant qu'audacieux, MJ dévoila comme jamais auparavant les détails, jusqu'ici occultés, de sa situation avec son label Sony. Il affirma que ce dernier cherchait à saboter son dernier album Invincible. En effet la promotion de celui-ci a cessé au bout de cinq mois malgré ses bons débuts. On parle là d'un album qui était numéro un dans quatorze pays à travers le monde dont les Etats-Unis, un album qui s'est vendu à plus de six millions d'exemplaires en un peu plus de trois mois. Ces chiffres sont d'ailleurs un record pour une promotion si gringalette.

    Michael ne s’arrêta pas là, il désigna Tommy Mottola  comme étant un « diable » et encouragea ses fans à continuer leur route jusqu'à ce qu'ils en finissent avec lui. Je vous mets d'ailleurs les paroles de Michael traduites, étant plus saisissantes et plus intéressantes à lire. Le discours original est bien sûr dans la vidéo. Je vous laisse donc découvrir cette facette du Roi de la Pop qui suscite beaucoup d’étonnement :

    ''D'abord, permettez -moi de dire cela , je n'aime pas vraiment parler, pas tant que ça. Je préfère passer à l'acte (ou faire des performances) plutôt que de parler.
    Permettez- moi de dire ceci : la tradition des grands interprètes... de... , et je veux vraiment que vous entendiez ce que j'ai à dire... (il était souvent interrompu par les acclamations de la foule), de Sammy Davis junior, James Brown, Jackie Wilson, de Fred Astaire, Gene Kelly. L'histoire est généralement la même. Ces gars ont travaillé très fort en leur métier, mais l'histoire se termine de la même manière. Ils sont généralement déchiquetés, déchirés et habituellement juste tristes, parce que les entreprises profitent d'eux, et ils le font réellement.
    Sony.... , étant l'artiste que je suis à Sony, j'ai généré plusieurs milliards de dollars pour Sony, plusieurs milliards. Ils pensaient vraiment que mon esprit est toujours centré sur la musique et la danse. Il l'est généralement, mais ils n'ont jamais pensé que cet artiste, moi-même, serait un jour capable de les étudier.
    Donc, nous ne pouvons pas les laisser s'en tirer comme ça, avec ce qu'ils essaient de faire, parce que maintenant je suis un agent libre. Je dois à Sony un album de plus, seulement. C'est juste un coffret, vraiment, avec deux nouvelles chansons que j'ai écrites il y a des siècles de cela. Parce que pour chaque album que j'enregistre, j'écris, littéralement, je vous dis la vérité, je vous écris au moins 120 chansons pour chaque album que je fais. Donc, je peux faire le coffret, en leur donnant toutes deux chansons, n'importe lesquelles. (Pour le coffret, je pense qu'il s'agit de The Ultimate Collection. Il est vrai qu'il contient 14 chansons inédites mais 2 d'entre elles le sont vraiment, il y a eu 4 nouvelles chansons et le reste sont les premières versions ''démo'' de certaines de ses chansons)
    Donc, je pars de chez Sony agent libre, possédant la moitié de Sony. Je possède la moitié de l'édition de Sony et je les quitte et ils sont très en colère contre moi parce que je viens de faire de bonnes affaires (good business), vous savez.
    Donc, la façon dont ils vont se venger est d'essayer de détruire mon album. Mais je l'ai toujours dit, vous le savez, l'art, l'art de qualité ne meurt jamais. Merci, je vous aime.

    Et Tommy Mottola est un diable ! Je ne suis pas censé dire ce que je vais dire maintenant, mais vous devez le savoir. S'il vous plaît ne filmez pas ce que je vais dire, ok ? Éteignez ça, s'il vous plaît. Vous savez quoi, vous pouvez enregistrer, je m'en fous ! Enregistrez -le !
    Mariah Carey, après avoir divorcé de Tommy, est venue me voir en pleurant, en pleurant. Elle pleurait tellement que je devais la tenir dans mes bras . Elle m'a dit : « C'est un homme mauvais et Michael, cet homme me suit. » Il traque ses téléphones, et il est très, très mauvais et elle ne lui fait pas confiance et dit qu'il est un être humain horrible.
    Nous devons continuer nos efforts jusqu'à ce qu'il soit terminé. Nous ne pouvons pas le laisser faire cela au grand art, nous ne pouvons juste pas.
    Je voulais juste que vous le sachiez, je vous remercie de tout ce que vous avez fait, vous avez été incroyables.
    Vous êtes si fidèles ! Diana, tout le monde, Waldo, tous les gens d'ici ! Je vous aime tous. Vous avez été incroyables, je vous aime !
    Mais quand même, je vous le promets, le meilleur est encore à venir !''

     

    En plus du stand-up audacieux de Michael, d'autres éléments fort intéressants viennent alimenter ce sujet. En juillet 2002 par exemple, le journaliste américain Roger Friedman affirme dans sa chronique pour le Fox news qu'il tient d'une source fiable un scoop sur T. Mottola. Selon la source, il y aurait une correspondance de ce dernier disant qu'il voulait ruiner Michael Jackson, lui et sa réputation, s'il n'était pas en mesure de s'approprier la totalité du catalogue du King of Pop.

    Malheureusement, la jubilation de MJ fut de courte durée. Il est vrai qu'il sortit vainqueur du duel, ajoutez à cela le fait que T. Mottla fut licencié de son poste, mais le roi de la Pop, quant à lui obéré, se trouvait confronté à de nombreuses dettes.

    Une autre petite anecdote très similaire, en 2003 cette fois-ci, lors de son entrevue avec MJ (vidéo ci-dessus), Ed Bradley lui demande pourquoi est-ce-que son album Number Ones n'avait pas autant de succès. Il répond: ''Mon album est numéro un partout dans le monde, partout dans le monde, répondit Michael, l’Amérique est la seule (où il ne l'est pas) parce que... c'est un complot, je ne peux pas en dire plus. J'en peux plus, je ne veux pas en dire plus.''
    Je rappelle que ces événements coïncident avec l'affaire Arvizo... Sans commentaires...

    La question que vous êtes maintenant en droit de vous poser est : ''Pourquoi cet article ?''

    Je ne cherche pas à stigmatiser Sony, ces événements datent un peu et blâmer le Label maintenant serait un peu farfelu. Je ne cherche pas non plus à outrager la personne de T. Mottola, j'estime qu'il en a entendu assez de la bouche de MJ. Cet article constitue néanmoins une plateforme à travers laquelle on pourra scruter les élucubrations des artistes de nos jours. L'art contemporain, musique ou danse, cinéma ou arts plastiques, un sujet si vaste qu'on pourrait pourtant réduire à deux ou trois locutions dédaigneuses, si dénuées de sens, si arides qui inspirent tant pourtant quand il s'agit de le fustiger. Entre les entreprises, avides de profits, de bénéfices, et les pseudo-artistes dont la soif d'argent n'est point moins ardente, le public, de plus en plus jouisseur, se fait bien escroquer. Il y en a pour tous les goûts ! (Quoique fantasmes serait un mot plus approprié) Pourquoi s'efforcer à faire de l'art de qualité quand un clip de 3 minutes conçu en moins que cela peut rapporter gros ? Des voitures luxueuses dont les prix exubérants croissent à la même vitesse que décline la dignité des charmantes femmes qui accompagnent ou interprètent, voilà tout l’attirail nécessaire pour conquérir le marché du disque, ou encore le monde du cinéma. N'oublions pas de saupoudrer le tout de textes niais, penchant tantôt vers l'indécence qui nous excite, tantôt vers l'idéal qui nous irrite, pour couvrir tous les états d'esprit d'un consommateur épicurien qui, dans son canapé tenant son bol de frites, admire les chefs-d’œuvre de ces parasites, dont l'impudeur sans limite maquille le ''talent'' hypocrite. Pense, médite ! A l'art de qualité qu'il faudrait qu'on ressuscite, aux fourbes qui de toi profitent, aux artistes qui n'ont pas ce que vraiment ils méritent...

     


    votre commentaire
  • MJ n'était pas fier d'être noir

    En faisant défiler devant moi, il y a quelques jours déjà, les commentaires de la vidéo de A Place With No Name, celle dont j’avais parlé dans cet article, j’ai découvert pas mal de personnes qui, à l'égard des images des sessions de tournage de “In The Closet”, lançaient des phrases du genre :

    “[Insérer insulte].... Ce [Insérer insulte] de MJ qui n’est même pas fier de ses origines… [Insérer une phrase inutile]” ou encore “pas fier d’être noir”. Il y a bien sûr des variantes, ça dépend du vocabulaire de chacun.

    Bref, une petite guerre entre ces personnes-là et les admirateurs du King of Pop s’est aussitôt engagée. Elle a même atteint un assez haut degré de vulgarité, si bien qu’à l’heure où j’écris ces lignes, les quelques commentaires qui lui servaient d’armement ont presque tous été censurés.
    J’ai vraiment cru que l’affaire du changement de couleur de peau de Michael Jackson n’est mystère pour personne en ce monde. Et bien je suis bien bête de le croire a priori.

    Alors, pour faire simple MJ avait le vitiligo. Le vitiligo c’est quoi ? C’est une maladie de la peau qui se caractérise par une dépigmentation de celle-ci. Ceci se traduit par des taches blanches qui apparaissent puis s’étendent le long du corps.

    Déjà à l’époque de Thriller, Michael Jackson souffrait de cette infirmité qu’il tentait tant bien que mal de camoufler grâce au maquillage. Mais quand les taches blanches l’ont emporté sur sa couleur d’origine, il s’est vu obligé de renoncer à celle-ci. Bon, je ne vais pas trop m’étendre sur le sujet,  pour ceux qui voudraient aller plus loin, je mettrais quelques liens à la fin de l’article, je préfère là me pencher sur d’autres petits détails, si futiles qu’ils puissent paraître, et qui viennent pourtant étayer ce point de vue, quoique à ce stade de l’argumentation j'estime qu’il n’en a pas tellement besoin.

    Pour les personnes que j’ai cité précédemment, Michael Jackson serait raciste vis-à-vis de la communauté noire-américaine au point de transformer son corps, pour que la physionomie de celui-ci soit éloignée de celle des membres de cette communauté qu’il haïrait tant. Lancer de pareilles calomnies à l’égard du King of Pop, montre qu’on ne connaît finalement rien de lui, ni de sa vie, ni de sa musique, ni de ses créations.

    De sa vie parce qu’on ne sait sûrement pas que parmi les producteurs, les ingénieurs de sons, les techniciens… il y en avait certains qui ont travaillé avec le Roi de la Pop plus que d’autres, certains qui ont eu cette chance d’être ami de la légende, certains qui ont partcipé à la naissance de cette même légende... Quincy Jones, co-producteur de Thriller, l’album le plus vendu de tous les temps, puis de Bad considéré par plusieurs comme le paroxysme de la carrière du King, Rodney Jerkins, R.Kelly, Dr. Freeze, Teddy Riley, les co-producteurs de “Invincible”, et la liste est encore longue, cette liste des “blacks” qui ont inspiré MJ et ont été inspirés par lui. Alors non MJ n’était pas raciste.

    De sa musique, parce que parmi ses créations, Michael avait écrit et composé un paquet de chansons d’amour dont une partie a même eu droit à des clips. Un clip qui suit un modèle très courant : le chanteur qui par ses paroles tente de séduire la “belle femme du clip”. Depuis la Bad Era et jusqu’à la Invincible Era, MJ a fait 7 clips de la sorte. Peu, me diront certains pour une carrière aussi riche, mais n’oublions pas que c’est MJ et que pour lui clip rimait avec révolutionnaire, un modèle pris par tous n’était pas his cup of tea.
    Les sept clips sont en l’occurence :
    - The Way You Make Me Feel
    - Remember The Time
    - You Are Not Alone
    - In The Closet
    - Who Is It
    - Blood On The Dancefloor
    - You Rock My World

    Si l’on mettait de côté “You Are Not Alone” dont la “belle femme du clip” s’agit de sa femme de l’époque Lisa-Marie Presley, il nous reste six clips et donc six “belles femmes de clips”. Celle de Who Is It et Tatiana Thumbtzen du clip The Way You Make Me Feel toutes deux blanches de peau, Sybil Azur dans Blood on The Dancefloor qui elle est brune, et puis Naomie Campbell dans In The Closet, Iman dans Remember The Time et Kishaya Dudley dans You Rock My World qui elles sont de couleur noire. Le raciste que certains voient en MJ n’aurait jamais accepté une pareille distribution, non ?

    Tout ça pour dire que le Roi de la Pop était fier de ses origines, et ne manquait jamais l’occasion de le souligner. Je finirai cet article par un passage d’une lettre qu’a écrite Michael à Bill Pecky, un cameraman qui l’a longtemps côtoyé.

    “Je ne peux pas comprendre comment une personne peut en haïr une autre à cause de sa couleur de peau. J'aime toutes les races sur la planète Terre. Le préjugé est l'enfant de l'ignorance. Nous venons au monde nus et nous en repartirons nus. Et c’est une très bonne chose aussi, car cela me rappelle que je suis nu sous ma chemise, quelle que soit sa couleur.”


     

    Autres liens :
    Le vitligo selon Wikipedia
    Michael Jackson et le vitiligo par Elizabeth
    Michael Jackson aimait toutes les races de la planète par Elizabeth

     


    7 commentaires
  • Diffusé le 3 février 2003, Living With Michael Jackson est un reportage dans lequel Michael Jackson parle de sa jeunesse, sa vie privée. Quelques temps plus tard, beaucoup commencent à parler de la personnalité excentrique de Michael Jackson.

    (pffffff )

    Un certain Garvin Arvizo va même déclarer que Michael Jackson abusait de lui et de son frère cadet. Il prétend même que Michael leur montrait des sites pour adultes. La mère des deux enfants, Janet Arvizo, déclare être aussi séquestrée avec ses enfant à Neverland.


    Un mandat d'arrêt est lancé contre le King of Pop le 18 novembre 2003 ; celui-ci accepte de se rendre à la justice. Les investigations durent 2 ans et, le 13 juin 2005, Michael Jackson est innocenté pour manque de preuves. Une enquête montre même plus tard que la mère était une habituée des plaintes calomnieuses, et que celle-ci avait ouvert plusieurs comptes en banque pour récolter de l'argent et escroquer les services sociaux.

    La vidéo ci-dessus fait part du verdict prononcé.


    votre commentaire
  • Michael Jackson, affaire Chandler Pour ceux qui ne le connaisse pas, Jordan Chandler est le garçon de treize ans qui a accusé Michael jackson d'abus sexuel (  n'importe quoi!!). Michael Jackson et la famille Chandler se sont rencontrés en mai 1992, et, depuis, Jordan, en compagnie de sa demi-sœur et de sa mère, suivent Michael dans nombreux de ses déplacements. Le garçon devient vite ami de Michael, ce qui rend Evan, son père, très jaloux.

    C'est en apprenant que le King of Pop et Sony avait conclu un accord de 40 millions de dollars, que Evan demande à Michael la moitié de cette somme pour couvrir les frais des scénarios de ses films. Michael refusa. Evan lui fait alors apprendre que son fils lui a avoué que Michael pratique des attouchements sexuels sur lui. Le père redemanda donc l'argent à Michael sous peine de le poursuivre judiciairement. Après le refus de celui-ci, Evan Chandler porte plainte le 14 septembre 1993.

    Un enquête officiel débute. A cause du stress causé par cette affaire, Michael augmente la prise des ses médicaments, ne s'alimente plus normalement, il perd donc du poids et son état de santé se dégrade.( ça me dégoûte de voir une si bonne personne souffrir ! Il ne méritait pas cela )Il annule plusieurs concerts du Dangerous World Tour, et même le renouvellement de son contrat avec Pepsi-Cola. Son image publique se dégrade plus encore quand sa propre sœur LaToya annonce ses doutes à propos de l'innocence de son frère. Elle retirera ses déclarations plus tard.


    La justice clôt plus tard l'enquête pour absences de preuves et nombreuses fausses déclarations de Jordan ; après un accord signé entre l'équipe de Michael et la famille Chandler, la plainte est retirée.

    En 2009, après le décès de Michael Jackson, Jordan avoue avoir menti au sujet de sa relation avec Michael Jackson. Evan, son père ce suicide d'un balle à la tête.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique